La pleine conscience et le capitalisme peuvent-ils coexister ?

“Le capitalisme finira par corrompre le mouvement de bien-être au complet, y compris la méditation. Nous sommes sur le point d’en faire rien de plus qu’un autre produit de consommation.”

C’est ce que m’a dit l’une de mes amies lorsque je lui ai mentionné mon désir d’essayer la méditation. Je suis une personne plutôt anxieuse, surtout lorsqu’il s’agit de mon travail. Je deviens très tendue et nerveuse lorsque je suis au travail ou que je fais quoi que ce soit qui soit relié au travail, d’où mon envie d’essayer la méditation. C’était il y a quelques années, alors que la méditation et la pleine conscience n’étaient pas encore devenues le phénomène de mode qu’elles sont aujourd’hui, mais qu’elles commençaient seulement à attirer l’attention. Je me suis un peu moquée de mon amie ce jour-là, lui disant qu’elle était une sceptique. Mais aujourd’hui, en regardant le monde dans lequel je vis, je ne peux m’empêcher de penser qu’elle avait raison.

Pleine conscience et Capitalisme

Un peu de mise en contexte : j’ai essayé la méditation au moment où j’ai eu cette conversation avec mon amie, Émilie. Ça a été une catastrophe. J’ai décidé que je n’étais pas encore prête pour la méditation et que je réessayerais lorsque je le serais. Plusieurs années ont passé avant que j’essaie de nouveau et pendant ces années-là, j’ai pu constater la popularité que gagnaient la méditation et la pleine conscience.

En fait, c’est tout le mouvement du bien-être qui se popularisait : le régime crudivore, la spiruline, se nourrir en conscience, faire l’amour en conscience… Tout à coup, ce merveilleux concept se transformait en une industrie ! Les applications de méditation et de pleine conscience, les retraites et les centres de méditation, les livres de méditation, les sites internet, les DVDs, les programmes pour les employés… Partout où je regardais, c’était méditation, méditation, méditation.

“Tu exagères,” je me disais, “n’est-ce pas une bonne chose que les gens s’intéressent à quelque chose qui leur est bénéfique ? Tu penses sûrement ça à cause de ce qu’Émilie t’a dit.” Mais, exagérais-je vraiment ? Il n’y avait qu’une seule manière de répondre à cette question. J’ai alors commencé à consulter quantité de sites internet et à consulter ce qu’en disaient les experts et les journalistes. Je me suis rapidement aperçue qu’Émilie avait raison. Ce qui devrait être un cheminement personnel s’est rapidement transformé en un marché extrêmement profitable et largement exploitable. Un marché estimé à 1,2 milliards de dollars en 2017.

Un Diamant à l’État Brut

Me rendre compte qu’Émilie avait raison était un peu fâcheux. En même temps, c’était aussi un soulagement car je pouvais enfin arrêter de me sentir coupable de n’avoir jamais réussi à me mettre à la méditation. Ce n’est pas que j’avais échoué, je me disais alors, c’est simplement que je n’étais pas tombée dans le piège de la pleine conscience.

Quelques semaines plus tard, Émilie et moi sommes allées prendre un café. Je n’ai pu m’empêcher de partager mes observations avec elle. “Tu avais raison”, lui ai-je dit. “Tout ce qui touche à la méditation aujourd’hui est totalement inutile. Ce n’est qu’une autre ruse de marketing.” Émilie devint alors complètement silencieuse.

“Tu sais,” a-t-elle finalement dit, “je pense plutôt le contraire maintenant”. J’ai presque recraché mon café.

“En fait,” a-t-elle continué, “une grande partie du marché du bien-être est basée sur le profit et fait entièrement partie du système capitaliste. Mais il existe des exceptions. Il existe des outils qui ont réellement été développés pour aider les gens. Ce sont des genres de diamants à l’état pur. Il suffit de les trouver.”

Elle continua à m’expliquer que malgré le fait que la méditation et la pleine conscience soient commercialisées, il nous est possible, en tant qu’individus, de profiter personnellement et spirituellement de ces produits. Elle en avait fait l’expérience elle-même.

Suite à mes recherches, j’avais un peu de mal à y croire mais je trouvais intéressant qu’au fil des ans elle ait complètement changé d’opinion. J’étais devenue la sceptique, alors qu’elle était devenue… naÏve ? optimiste ? Peu importe ce que c’était, la situation m’amusait. Alors, j’ai décidé d’écouter.

La Pleine Conscience et la Méditation comme Guide, Pas comme Solution

Selon ce qu’Émilie disait, il existait des applications, des livres et des programmes de méditation qui auraient pour véritable but d’aider les gens. L’une des applications qu’elle me mentionna était Meditopia.

Pour Émilie, le fait que Meditopia soit différente tenait dans le fait que son but n’est pas de faire l’effet d’un anti-douleur instantané ou d’une méthode anti stress. Les créateurs de l’application ne prétendent pas qu’après une seule méditation, tous tes problèmes seront résolus. Elle m’expliqua qu’en fait, Meditopia l’avait mise au défi d’être patiente envers le processus. Elle lui a permis d’aller explorer les causes de son anxiété, de son stress et du sentiment de doute de soi. Après plusieurs mois de pratique, elle a commencé à percevoir les racines de ses émotions, de ses comportements et de ses actes. Elle a commencé à se sentir doucement changer de façon de se sentir et de voir les choses. Au lieu de l’effet pansement que la plupart des produits proposent, elle s’est sentie faire des progrès durables.

“Ça m’a vraiment aidée” m’a dit Émilie. “C’est un peu comme avoir mon thérapeute personnel pour travailler sur mes émotions et mes états mentaux au quotidien.”

 Le capitalisme et la santé mentale peuvent-ils coexister ? Développer notre santé émotionnelle, mentale et spirituelle ne devrait pas être influencé par un produit commercial, encore moins une application… Ou peut-être que si ? Dans l’article d’aujourd’hui, nous partageons avec vous nos perspectives sur le sujet, et nous attendons vos commentaires.

Faire l’Essai de la Méditation

Émilie avait réussi à retenir mon attention une fois de plus. Mon scepticisme a persisté pendant quelques jours mais je ne pouvais m’empêcher de me poser des questions. La petite voix dans ma tête, celle qui m’a faite sentir coupable d’avoir arrêté la méditation au moment où ça devenait un peu difficile, n’arrêtait pas de répéter “Et si elle avait raison ?” Je me demandais aussi s’il était pertinent de condamner tous les livres, applications, guides ou produits qui proposaient du contenu sur la santé mentale. Je prenais conscience qu’il n’était pas très logique de rejeter tout ce qui pouvait être commercialisé. Je commençais à penser à tout ce que je possède et à me dire qu’il était un peu hypocrite de ma part d’utiliser tellement d’autres produits au quotidien et de rejeter un produit dont le but principal était la méditation, simplement par rejet de son intention initiale.

Peut-être que je généralisais et que je ne prenais pas en compte ce que la méditation pourrait apporter aux gens si elle se répandait à grande échelle.

C’est ainsi que j’ai, une fois de plus, mis mes préjugés de côté et essayé la méditation. Pour être honnête, au début, je roulais des yeux en me demandant comment quelque chose qui était censé être si spirituel et personnel pouvait être réduit à des “call to action” et des boutons de téléchargement.

Est-ce qu’une Application de Méditation Peut Changer ta Vie ?

Lorsque j’ai commencé ma première méditation, j’étais inconfortable et anxieuse. L’une des premières choses que mon guide a dite était que ceci était complètement normal. L’écouter parler du fait que ceci était naturel et que méditer deviendrait plus facile avec le temps m’aida à me détendre. J’ai fini ma première méditation sans même m’en rendre compte.

Après avoir terminé les méditations introductives, j’ai ouvert la série portant sur l’anxiété. Une part de moi avait envie de prouver qu’Émilie avait tort. Je pensais tomber sur le sempiternel “Prends de grandes respirations et détends-toi” que l’on entend d’habitude. Ça n’a pas été le cas. Les méditations de cette série avaient pour but de me faire prendre conscience des causes sous-jacentes de mon stress. Je n’avais pas l’impression que l’on me prescrivait une solution, mais plutôt qu’on me disait que les solutions étaient en moi. Ces méditations me guidaient pour comprendre mes émotions, ce qui les déclenche et mes comportements.

J’ai toujours attribué ma nervosité au travail. Chaque jour, alors que je regardais ma liste de choses à faire, je pouvais sentir l’anxiété monter depuis ma poitrine jusqu’à ma gorge. Certains jours, j’avais l’impression de respirer de manière saccadée toute la journée. Les méditations de la série, cependant, m’ont faite réfléchir à ce qui me rendait si anxieuse. Après tout, tout un tas de personnes ont des vies professionnelles surchargées et leur niveau de stress ne doit pas atteindre la moitié du mien.

Avec le temps, j’en suis arrivée à réaliser que mon anxiété face au travail venait de ma profonde peur d’échouer. J’avais tellement peur de l’échec et de décevoir mes patrons, mes collègues et moi-même que j’essayais de passer au travers de tout mon travail sans pouvoir respirer avant d’avoir terminé. Être consciente de cette peur m’a aidée à la regarder en face. Je n’ai pas changé en une nuit, bien sûr. Ce fût et c’est toujours un processus graduel. De temps en temps, je ressens encore ce sentiment de panique lorsque je suis au travail. Mais aujourd’hui je sais ce qui le cause. Je peux donc y faire attention et parvenir à me calmer en conscience.

Il est intéressant de regarder en arrière et de voir comment mon approche de la méditation a changé au fil des années. Je suis heureuse d’avoir fait cette transition me permettant de comprendre la valeur et l’objectif de la méditation, plutôt que de n’en regarder que le moyen.

Je sais qu’il s’agit d’un sujet controversé et je serais heureuse de lire vos pensées et commentaires. J’ai moi-même fait beaucoup d’allers-retours et je peux totalement comprendre l’hésitation que peuvent avoir certains concernant le fait de se transformer émotionnellement et spirituellement en utilisant une application de smartphone.

J’ai hâte de lire vos commentaires et idées sur le sujet dans la section des commentaires ci-dessous !

Traduit par:Leslie Merle

Laisser un commentaire