C’est à moi que tu parles? – Pourquoi le dialogue intérieur positif est important

Lorsque nous parlons de dialogue intérieur positif, nous faisons référence à l’utilisation de notre voix intérieure d’une manière stimulante et encourageante, plutôt que destructrice. Il s’agit de se parler à soi-même à partir d’un sentiment d’acceptation, d’amour et d’auto-compassion sans jugement. Cette pratique, qui peut évoluer avec le temps, nous rappelle le profond impact de la façon dont nous nous parlons à nous-mêmes sur tous les aspects de notre vie. 

Les voix dans notre tête 

Nous les avons tous, ces voix dans notre tête, qui semblent diriger leur propre orchestre de pensées. Prendre conscience de ces voix intérieures peut parfois être agréable, et parfois être une expérience difficile. Prenons par exemple la situation bien trop familière de vouloir changer ou améliorer son style de vie. Qu’est-ce que cela implique? En fonction de sa situation actuelle, il peut s’agir d’un changement assez radical: Trouver du temps chaque jour pour méditer, s’étirer ou bouger son corps, faire du yoga ou toute autre pratique de pleine conscience. Ou peut-être qu’il s’agit d’apprendre à gérer des niveaux de stress élevés, en restant calme dans des situations difficiles. La liste peut continuer longtemps comme ça. 

Au début de cette expérience, choisir la “bonne” chose à faire (l’action qui nous rapproche de notre objectif) peut être compliqué. Il se peut que nous nous sentions encore coincés dans nos anciennes façons de penser ou dans nos schémas de comportement familiers, ce qui rend le changement plus difficile à réaliser. Souvent, dans les films pour enfants, lorsqu’un personnage est confronté à des situations de ce genre, où il est tiraillé entre une pensée et une autre, un ange et un diable apparaissent sur chacune de ses épaules, lui murmurant à l’oreille. Ces personnages représentent ce que l’on appelle les “voix dans notre tête”, ou les pensées contradictoires que nous pouvons avoir lorsque nous devons faire un choix. Alors, que chuchotent-elles? Que disent-elles? Et comment le disent-elles?

Beaucoup d’entre nous n’entendent pas deux voix distinctes, une mauvaise et une bonne, comme on le voit souvent dans les films. Au lieu de cela, nous pouvons entendre une quantité indiscernable de bruit dans nos têtes, un peu comme le bourdonnement des abeilles. Et au milieu de tous ces bruits, de ce tourbillon dans notre esprit, une tempête de sentiments et d’émotions s’éveille dans notre monde intérieur. 

Alors, que pouvons-nous faire dans ces moments-là pour ne pas nous perdre dans ce vacarme? Comment pouvons-nous naviguer parmi ces pensées, en particulier les négatives, en choisissant de nous parler positivement à nous-mêmes et de nous-mêmes?

Auto-Compassion & Dialogue intérieur

Auto-Compassion

Ne serait-il pas merveilleux de pouvoir simplement utiliser une méthode bien construite pour gérer sa vie, une méthode que l’on pourrait suivre en toute circonstance? Même si l’internet regorge de recommandations, de suggestions et de conseils, nous pourrions tout aussi bien accepter qu’il n’existe pas de recette universelle. Établir une relation solide avec soi-même sera différent pour chacun d’entre nous. À mon avis, quel que soit le chemin que tu choisisses pour établir et maintenir un dialogue positif avec toi-même, tu ne peux le faire qu’à partir du sentiment d’amour. Et dans ce cas particulier, un sentiment d’amour de soi. Ne devrions-nous pas tous essayer de nous aimer autant que possible, en nous accueillant avec acceptation et sans jugement? En agissant ainsi, nous finirons par trouver de la compassion non seulement pour les autres, mais aussi pour nous-mêmes. 

La Dre Kristin Neff est l’un des principaux experts dans le domaine de l’autocompassion. Selon elle, l’autocompassion consiste à choisir la bienveillance envers soi-même plutôt que l’auto-jugement, l’humanité commune plutôt que l’isolement, et la pleine conscience plutôt que l’identification excessive. L’un des exercices qu’elle propose s’intitule “Changing your critical self-talk” (Transformer votre dialogue intérieur critique) et nous rappelle de prendre conscience de notre propre critique intérieur avec bienveillance et amour, afin de nous aider à établir une bonne relation avec nous-mêmes.  

Stimuler sa positivité pour s’épanouir 

Le terme “psychologie positive”, inventé par M. Seligman à la fin du siècle dernier, fait partie d’un champ de recherche scientifique qui vise à stimuler la positivité et à aider les individus à s’épanouir. Cette branche de la psychologie est soutenue par des recherches montrant que les interventions de la psychologie positive peuvent aider à augmenter l’expérience de la satisfaction globale de la vie et du bonheur. Une autre étude d‘Armetta montre également que le discours positif sur soi peut augmenter considérablement le niveau de bonheur des individus. De plus, d’autres recherches ont montré qu’une pratique régulière du dialogue positif peut avoir trois avantages majeurs sur sa vie: 

  1. Mieux gérer le stress
  2. Augmenter sa confiance et développer sa résilience
  3. Construire des relations plus saines

Alors, qu’est-ce que cela signifie exactement? Quels exercices pouvons-nous intégrer immédiatement dans notre quotidien? 

Pratiques quotidiennes à essayer

Les trois exercices suivants sont des recommandations personnelles dont tu peux t’inspirer pour trouver ce qui te convient le mieux sur ta propre voie.

Exercice 1: Prends ton temps

Cette première pratique est assez simple: Prends ton temps. 

Comme beaucoup d’entre nous ont l’habitude de se réveiller avec une alarme cinq jours par semaine, de travailler avec des listes de choses à faire, de respecter des délais, d’entretenir des relations interpersonnelles et, plus généralement, d’être très occupés par les nombreux aspects de la vie, il n’est peut-être pas facile de s’ajouter une autre tâche qui consiste à se parler positivement à soi-même. Cinq mots que nous avons peut-être déjà oubliés dès que nous les avons écrits, en nous demandant secrètement quand nous sommes censés glisser une autre activité dans notre agenda déjà bien rempli. 

C’est pourquoi, comme premier exercice, je te recommande d’être doux·ce avec toi-même et de prendre ton temps

Une simple prise de conscience de la façon dont tu te parles à toi-même, au début de ton cheminement, est déjà suffisante. Lorsque tu remarques un dialogue négatif avec toi-même, sois-en simplement conscient·e. Pour aller un peu plus loin, tu peux éventuellement porter ton attention sur l’impact de ce dialogue sur ton bien-être, ta façon de vivre tes journées, tes relations, et ta vie en général. Que se passerait-il si tu choisissais plutôt le dialogue intérieur positif? Comment pourrais-tu modifier ton monologue intérieur actuel pour en adopter un qui te soit favorable? 

Il s’agit d’un processus qui ne peut pas vraiment être complété en un certain nombre de jours, de semaines, de mois ou même d’années. À mon avis, il s’agit d’un exercice qui dure toute la vie et auquel nous devons revenir encore et encore. 

Exercice 2: Enregistre tes pensées 

Lorsque les pensées sont confuses et qu’elles ne sont qu’un grand désordre dans ta tête, essaie de les capturer sur le moment. Tu peux le faire en tenant un journal, en prenant des notes sur ton téléphone, en te filmant ou en enregistrant ta voix. De cette façon, elles ne feront pas seulement partie d’une grande tempête qui traverse ton esprit, te laissant épuisé·e et vidé·e. Au contraire, elles deviendront des mots que tu pourras lire ou écouter à tout moment. En procédant ainsi, tu pourras examiner tes pensées de manière plus objective et avoir une meilleure conscience de tes propres schémas de pensée. Lorsque tu regardes tes pensées, tu peux te demander: Que disent-elles? D’où viennent-elles?  Pourquoi sont-elles présentes? 

Si les pensées qui surgissent sont teintées d’émotions lourdes, comme l’autocritique, la colère ou la frustration: Accepte qu’elles soient là. Accepte simplement leur présence, en te rappelant qu’elles aussi peuvent t’apprendre quelque chose sur toi-même et t’aider à grandir. 

Exercice 3: Sois ton propre ami 

Il y a un célèbre dicton qui dit quelque chose comme: Traite les autres comme tu souhaiterais être traité·e. 

Nous rencontrons souvent nos amis et/ou notre famille dans un climat d’amour sans réserve, prêts à les aider à traverser chaque crise avec gentillesse et patience. Fais preuve de la même attention envers toi-même. 

Cela peut sembler facile au début, mais c’est l’un des exercices les plus difficiles. Assieds-toi avec toi-même comme tu le ferais avec un ami. Prépare-toi une tasse de café frais, régale-toi de ton plat préféré, prends un long bain ou fais ce que tu veux pour te ressourcer. 

Pendant ces moments, permets-toi de créer un espace rien que pour toi. Écoute-toi avec amour, comme tu le ferais pour tes amis les plus chers et les membres de ta famille. 

Traductrice: Leslie Merle

Leave a Reply