Les 5 obstacles les plus courants à la méditation

Je ne sais pas méditer.

Ce n’est pas pour moi.

Ça ne marche pas.

Je n’ai pas le temps pour ça.

Je n’arrive pas à me concentrer.

Ces phrases te sont-elles familières?

Aujourd’hui, la méditation et ses effets bénéfiques sont largement connus en Occident, grâce aux études scientifiques qui ont été conduites sur les effets de la méditation sur le cerveau. Beaucoup de ces études en sont arrivées à des conclusions similaires: la méditation affecte le cerveau dans les zones reliées à la mémoire, à la concentration et à l’apprentissage. Elle réduit également les symptômes de l’anxiété et de la dépression. Elle aide à réguler les émotions – surtout les “négatives” – nous donnant l’opportunité de décider de notre manière de répondre à ces émotions et d’être moins affectés par celles-ci. Tout ceci améliore considérablement le bien-être général. 

Malgré le fait de lire et d’entendre parler des bénéfices de cette pratique, beaucoup hésitent encore à se lancer, et ce, pour différentes raisons. Autour de moi, j’entends beaucoup d’amis se plaindre de leur fatigue physique et émotionnelle parce qu’ils ont l’impression de vivre sur des montagnes russes: un jour ils sont au sommet, le suivant ils sont plus bas que terre. Se sentir en paix avec soi-même est difficile, mais lorsque je suggère la pratique de la méditation, j’entends inévitablement l’une des réponses typiques qui se trouvent au début de cet article.

En tant que méditante, je sais parfaitement qu’essayer d’établir une pratique régulière de la méditation n’est pas chose facile et que plusieurs obstacles peuvent s’interposer sur notre route, nous faisant perdre la motivation qui nous animait. Si tu viens de commencer à méditer ou si tu envisages de le faire, je te conseille de rester alerte quant aux 5 obstacles suivants:

1.  Trouver le temps

“Si tu n’as pas le temps de méditer une heure par jour, tu devrais en méditer deux”

– Proverbe zen

Si méditer pendant deux heures ne te semble pas réaliste, que dis-tu de 10 minutes?

Te dire que tu n’as pas le temps est l’une des meilleures stratégies que puisse utiliser ton esprit pour que tu ne commences jamais. Bien sûr, la plupart d’entre nous avons des vies chargées, en particulier si nous vivons en ville et que nous avons un emploi et une famille. Nous avons tous des factures à payer, nous devons aller au travail, à l’école ou à des rendez-vous, faire des courses, laver la vaisselle, faire le ménage et prendre soin de nos familles. 

Dans le brouhaha de nos vies trop rapides, le fait de s’asseoir pour méditer peut sembler irresponsable et irréaliste: c’est du moins ce que nos esprits nous racontent. Cependant, dix minutes de silence peuvent nous donner l’opportunité de recharger les batteries, de reposer nos esprits, de calmer nos émotions, nos inquiétudes, nos doutes, nos peurs, notre dialogue intérieur et même les voix des autres qui font écho en nous. Dix minutes pour profiter du calme n’est pas irresponsable et notre organisation de vie ne sera pas mise en danger de péricliter. 

Si tu penses ne pas pouvoir trouver dix minutes pour toi-même, alors crée-les. Tu connais tes propres façons de fonctionner, tu peux donc créer ce moment de pause là où c’est le plus pratique dans ton quotidien. Si tu es une personne matinale, tu peux te réveiller dix minutes plus tôt que d’habitude et t’asseoir dans un coin confortable de ta chambre ou même sur ton lit pour méditer. Si tu n’es pas du matin, tu peux prendre ces dix minutes pendant ta pause-déjeuner ou lorsques tu arrives à la maison le soir. Si tu as des enfants, tu pourrais prendre ce temps-là lorsqu’ils sont partis pour l’école le matin, ou tu pourrais même avoir le courage de lancer toute la famille dans l’aventure de la méditation! Si tu es trop occupé.e, il est peut-être temps de revoir tes habitudes afin de faire de la place pour ces dix minutes de méditation, que ce soit à la place du journal télévisé du soir ou du feuilleton que tu as l’habitude de regarder.

L’idée est la suivante: choisis un moment dans ta journée, préférablement toujours le même et au même endroit, pendant la même durée de temps et assieds-toi en silence ou aide-toi d’une application de méditation. Ce n’est pas grave si tu ne parviens pas à te concentrer sur quoi que ce soit et si ton esprit tourne en rond. Au début, le plus important est de créer ce moment dans ta journée et d’en faire une habitude, le reste suivra avec le temps. 

2. Penser que c’est une perte de temps.

Une autre tactique de l’esprit est de te faire croire que tu perds ton temps. S’il est sûrement vrai que tu as beaucoup d’autres choses à faire, il est tout aussi vrai que le fait de prendre le temps pour reposer son esprit n’est pas une perte de temps. En fait, la méditation est très efficace pour améliorer la mémoire, les capacités de résolution de problèmes et de planification. 

Ce que certains considèrent être une perte de temps est en fait une incapacité à rester assis pendant dix minutes. Ceci est, de loin, la partie la plus difficile pour les débutants en méditation et cela nous arrive à tous, pas seulement à ceux qui commencent. Combien de sessions de “méditations” ai-je passées à me parler à moi-même? “Il faut que je fasse ceci, je n’ai pas encore fait ça, qu’est-ce que je vais manger ce midi? Mince, j’ai pas encore payé la facture d’électricité! Quand cette session de méditation finira-t-elle?”. Ceci est parfaitement normal, surtout si tu n’es pas encore habitué.e à t’asseoir en silence.

Au début, ton dialogue intérieur deviendra peut-être encore plus intense et c’est à ce moment-là que beaucoup abandonnent et disent qu’ils perdent leur temps à méditer. Si tu en es à cette étape-là, n’abandonne pas maintenant, c’est l’esprit qui résiste, comme un enfant qui fait un caprice parce qu’il ne veut pas faire quelque chose. L’esprit essaie de fuir ces moments de calme parce qu’après tout, parler et penser sans interruption est son rôle et aussi ce qu’il fait de mieux. Si tu persistes à vivre l’expérience, ton dialogue intérieur finira par s’atténuer et ton calme intérieur s’approfondira, non seulement pendant tes méditations, mais dans tous les aspects de ta vie. Il est donc important d’être patient.e avec toi-même, de persévérer quoi qu’il arrive et de commencer doucement. Cinq ou dix minutes de calme mental ininterrompu sera plus bénéfique que de se battre pour “essayer” de méditer pendant vingt minutes.

Tout comme tu n’irais pas à la salle de sport pour faire un effort physique intense sans t’échauffer avant, en tant que méditant.t débutant.e il paraît inconcevable de commencer à méditer pendant une heure entière. Tu ne ferais que te convaincre que la méditation ne marche pas pour toi, que tu perds ton temps et que tu as bien mieux à faire à la place! Cinq à dix minutes de méditation représente ton échauffement, et tu pourras éventuellement augmenter la durée de tes sessions de méditation si tu en ressens le besoin. Pas à pas, commence doucement et avance à partir de là. 

Et souviens-toi: prendre du temps pour soi, pour se connecter à sa vie intérieure et pour donner une pause à son système nerveux n’est pas une perte de temps. C’est un service que l’on se rend à soi-même, pour sa santé mentale, pour son âme mais aussi pour le bien-être de ceux qui nous entourent. 

3. Ne pas savoir par où commencer…

D’accord.

Au vu du nombre de techniques de méditations que nous avons à notre disposition, il est normal de ne pas savoir par où commencer. Il semblerait que nous pourrions méditer assis avec les jambes croisées, allongés, en marchant ou même en faisant la vaisselle! Tu voudras peut-être essayer différentes techniques pour voir celles qui répondent le mieux à tes besoins selon ton contexte de vie. Il se peut aussi que différentes formes de méditation te parlent selon les différentes étapes de ta vie. 

Bien que je ne sois pas une grande fan de technologies, il faut bien admettre que grâce à elles la méditation est aujourd’hui accessible à un très grand nombre de personnes. Alors qu’avant il fallait voyager loin pour apprendre comment ouvrir nos esprits, aujourd’hui nous pouvons apprendre cela d’où que l’on soit grâce à nos gadgets.

Si tu disposes d’un téléphone intelligent et d’une connexion internet, tu peux télécharger des applications de méditation qui t’enseigneront des techniques que les plus anciennes traditions nous ont léguées. Si tu as besoin d’être guidé.e dans ta pratique de la méditation, je te recommande fortement d’essayer Meditopia. Tu y trouveras une impressionnante collection de méditations guidées, de séries de méditations et de musiques, organisées d’une manière qui permet aux débutants comme aux plus avancés d’avancer facilement.

Malgré tous les effets bénéfiques bien connus de la méditation, c’est comme faire de l’exercice ou manger sainement: il est difficile d’adopter une habitude sur le long terme. Passons en revue les 5 obstacles les plus communs à la méditation et voyons ensemble comment les dépasser.

4. Éviter de pratiquer à cause de croyances populaires ou religieuses 

Beaucoup de personnes ne veulent pas s’intéresser à la méditation parce qu’elle est qualifiée de pratique “new age”, tandis que d’autres ont peur qu’elle se confronte à leurs croyances religieuses. La pratique de la méditation n’est ni nouvelle, ni une religion.

Pour commencer, elle existe depuis très longtemps: il en était question dans les textes spirituels les plus anciens, tels que les Vedas qui datent de 1500 ans avant av. J.-C. Deuxièmement, la méditation n’interfèrera avec aucune de tes croyances ou pratiques religieuses puisqu’il ne s’agit pas d’une pratique liée à un dieu ou à une quelconque déité, mais d’un temps dédié à notre esprit, pour l’entraîner à être calme, objectif et en paix. La méditation pourrait même renforcer ta foi en ce en quoi tu crois, te faire sentir en paix, plus compatissant.e et aimant.e envers tout ce qui vit, ce qui est le message central de toutes les religions du monde. 

5. Croire qu’il s’agit d’une pilule magique 

Il est important de comprendre que la méditation n’est pas une pilule magique qui t’emportera vers un endroit serein où tous tes problèmes et épreuves seront oubliés ou résolus en un instant. Après ta méditation quotidienne, tu auras toujours à affronter la vraie vie, à gérer ton patron difficile, à aller au travail, à payer tes factures, à faire la vaisselle et à t’engager dans tous les aspects de ta vie professionnelle et sociale.

La méditation ne te débarrassera pas de tes responsabilités, mais elle te permettra de t’en occuper avec plus d’attention, de soin et de respect. Ton patron grincheux ne sera plus une personne ennuyeuse mais un autre être humain, comme toi, qui passe une mauvaise journée ou rencontre des difficultés dans sa vie personnelle. Faire la vaisselle ne sera plus une corvée que tout le monde évite de faire après avoir mangé mais devient une opportunité d’être dans le moment avec soi-même. L’emploi que tu n’aimes pas ne sera plus aussi insupportable mais représentera une source temporaire de revenus qui te permet d’avoir un toit sur la tête et un repas sur la table. Alors non, la méditation n’est pas une pilule magique, mais elle permet de voir et d’expérimenter la magie de la vie à travers les bons comme les mauvais moments. 

Si nous voulons mener des vies heureuses et paisibles nous devons faire en sorte que cela arrive, et la méditation est un excellent outil pour nous aider en cela.

Si tu ne devais te souvenir que d’une seule chose de cet article, ce serait qu’il faut être patient, compatissant, constant et surtout, qu’il faut commencer maintenant! Comme l’a dit Rabindranath Tagore, “Tu ne peux pas traverser la mer en te contentant de regarder l‘eau.” Alors lance-toi dans cette incroyable aventure et n’hésite pas à poser des questions à des personnes expérimentées, à joindre un groupe de méditation ou à essayer une application telle que Meditopia.

Quels obstacles as-tu rencontrés lorsque tu as essayé de méditer? Sont-ils similaires à ceux dont nous avons parlé dans l’article? Partage ton expérience avec nous dans la section des commentaires!

Laisser un commentaire