Comment la méditation peut-elle aider les athlètes à améliorer leur santé mentale

“La santé mentale est la bataille la plus difficile que je n’ai jamais livrée, tous adversaires confondus.”

Cette citation n’est pas celle d’un homme ordinaire. Bébé prématuré pesant moins d’un kilo à la naissance, Tyson Fury a été sacré champion du monde des poids lourds en 2015. C’est suite à cette victoire que les problèmes de santé mentale ont fait surface. Après une bataille longue de 30 mois contre la dépression qui l’a mené à l’alcoolisme et à l’usage de drogues récréatives, Tyson Fury est remonté sur le ring en 2018. Il a fait preuve d’un grand courage en partageant ouvertement son histoire. Ceci a ensuite ouvert la voie à d’autres athlètes qui ont également décidé de partager leurs histoires publiquement, afin de sensibiliser le public aux problèmes de santé mentale dans le sport. Ainsi, Danny Rose (le footballeur anglais), Missy Franklin (le nageur cinq fois médaillé d’or) et Novak Djokovic (le joueur de tennis numéro 1 mondial) font partie de ceux qui ont parlé de leur histoire. Existe-t-il une solution aux problèmes de santé mentale auxquelles ces athlètes font face? Ayant coaché de multiples athlètes de niveau international en tant que Coach de Sport de Haute Performance et en tant que professeur de méditation, je peux dire que la méditation est un outil sous utilisé dans le support pour la santé mentale des athlètes. 

L’Organisation Mondiale de la Santé (OMS) définit la santé mentale comme suit: “On définit la santé mentale comme un état de bien-être qui permet à chacun de réaliser son potentiel, de faire face aux difficultés normales de la vie, de travailler avec succès et de manière productive et d’être en mesure d’apporter une contribution à la communauté.”* Pour les athlètes, nous pourrions ajouter à cette définition “d’être en capacité de répondre aux demandes de son environnement de performance”. La sensibilisation à la santé mentale n’est pas seulement importante pour le bien-être général des athlètes mais aussi pour s’assurer qu’ils soient en mesure de répondre avec constance aux demandes de leur environnement de performance spécifique. 

Souvent, les athlètes se concentrent seulement sur l’entraînement physique. Aujourd’hui cependant, il devient de plus en plus fréquent que les entraîneurs de haut niveau se concentrent également sur l’entraînement mental, que ce soit avec l’aide de psychologues sportifs ou avec leurs propres méthodes. Maurico Pochettino, l’entraîneur des Spurs – l’équipe de football anglaise – en est un bon exemple. Il a fait suivre à son équipe un entraînement intensif composé de séries d’exercices mentaux avant la dernière finale de la ligue des champions (le match le plus important du monde du football), et a affirmé aux médias du monde entier: “nous pouvons nous connecter à une énergie supérieure si nous avons l’esprit ouvert”.

Le sport est reconnu comme étant bénéfique pour la santé mentale, mais il peut aussi être utilisé comme échappatoire aux problèmes de santé mentale qui se profilent chez les sportifs. Imagine un instant être face à toi-même pendant plusieurs jours sans aucune structure. Pour beaucoup d’entre nous, cette situation ferait ressortir des douleurs psychologiques, puisque nous aurions le temps de voir ce qu’il se passe vraiment en nous. Ceci pourrait même faire ressurgir des problèmes de santé mentale. Les athlètes, surtout ceux de haut niveau, sont tellement concentrés sur leur objectif et leur entraînement qu’ils sont habitués à ignorer ce qu’il se passe dans leur tête, bien plus que la moyenne des gens. Ainsi, lorsqu’ils se blessent, lorsqu’ils prennent leur retraite ou lorsqu’ils ont une baisse d’énergie et ne peuvent pratiquer leur sport pendant une certaine période de temps, cela leur est souvent difficile à gérer car ils doivent faire face à la profondeur de leur mental, qu’ils ont mise de côté parfois pendant des années. Il existe cependant une solution à cela.

Avec la pratique régulière de la méditation, les athlètes peuvent s’attarder sur leur santé mentale au quotidien, mais aussi en tirer de nombreux autres bénéfices. La méditation fait office de “nettoyage” quotidien pour l’esprit. Cela leur donne l’occasion de faire face à leurs défis quotidiens dans le calme, loin de la pression constante d’atteindre des objectifs, de progresser et de réussir. C’est, pour eux, une situation favorable à tous les niveaux. Cela ne leur permet pas seulement d’améliorer leur santé mentale, mais aussi d’améliorer leurs performances grâce à un meilleur sommeil et une meilleure concentration.

Alors, comment introduire la méditation dans la vie d’un athlète? Tout d’abord, il faut savoir que les athlètes sont d’excellents candidats à une pratique constante et régulière de la méditation puisqu’ils ont déjà un sens aigu de la discipline, de la concentration et du dévouement, de par leurs entraînements sportifs intensifs. Cette pratique peut donc leur être présenté comme un outil de performance ou de concentration. Pour utiliser la méditation afin d’améliorer la santé mentale d’un athlète, il vaut mieux parler de relaxation, afin que celui-ci comprenne que le but est de se détacher momentanément de l’intensité que demande le sport qu’il pratique. Il s’agit d’un entraînement relaxant pour l’esprit. Cela permet de prendre soin de la santé mentale de l’athlète tout au long de sa carrière, plutôt que seulement lorsque les problèmes font surface. Il s’agit donc d’une manière proactive de faire face à ce genre de difficultés.

La méditation est un outil holistique qui peut être adapté à la réalité des athlètes du 21ème siècle, qu’ils soient amateurs ou sportifs de haut niveau. Grâce à cette pratique, les athlètes peuvent être beaucoup plus conscients de leur état mental et faire face aux potentielles difficultés qui surgissent avec plus de recul et chercher l’aide de médecins si le besoin se fait sentir. Ceci leur donne un plus grand pouvoir d’action envers leur sport et leur permet de mieux apprécier la pratique du sport qu’ils aiment.

Tendrement,

Jack.

Jack Childs

Instructeur Spirituel

www.jackchilds.org

[email protected]

*Source: https://www.who.int/features/factfiles/mental_health/fr/ 

Laisser un commentaire