Le calme au milieu de la tempête: Trouver la Paix Intérieure dans les Périodes de Stress

L’aventure humaine est comme une belle tenture; nos histoires individuelles sont constituées d’innombrables fils tissés ensemble pour créer l’ensemble de notre expérience. De face, nous voyons une œuvre d’art colorée et vibrante. De l’arrière, nous voyons ses imperfections-des morceaux effilochés, des fils qui se chevauchent, des nœuds qui la maintiennent ensemble, des erreurs cachées à l’œil de l’observateur. Pour moi, c’est l’analogie parfaite avec le chef-d’œuvre de nos vies, chacun a ses bons et ses mauvais jours, ses joies et ses peines, sa tranquillité d’esprit et sa lourdeur de cœur. Nous avons autant besoin des points enchevêtrés que des fils parfaitement placés pour donner forme, sens et structure à notre œuvre d’art.

Nous préférons tous quand les choses jouent en notre faveur, mais une partie essentielle de la maîtrise de la vie est d’apprendre à surmonter les tempêtes – en restant calme et ancré au milieu du chaos. Lorsque la vie perturbe notre tranquillité d’esprit et nous présente des défis, comme elle le fait inévitablement, nous avons toujours tendance à tourner le dos par résistance. La peur, la douleur, la perte et le chagrin sont des désagréments que personne ne veut ressentir, alors plutôt que de faire face au stress et à l’anxiété qu’ils peuvent provoquer, nous les repoussons souvent dans l’espoir qu’ils disparaissent. Le problème est que lorsque nous résistons, nous entrons en conflit avec la réalité du moment présent et nous donnons du pouvoir à ces émotions. 

La route vers la paix commence lorsque nous faisons face à ces émotions, les laissant prendre toute la place puis retomber, venir et repartir, sans besoin de les contrôler. Si nous nous laissons nous en approcher, même dans les pires circonstances, avec la volonté d’être pleinement dans l’expérience, en acceptation totale avec ce qui est, nous nous ouvrons à la possibilité de revenir paisiblement au moment présent de nos vies. En d’autres mots, nous devons continuer à tisser nos vies avec patience et résilience, en gardant confiance.

L’acceptation n’est pas de la résignation. Au contraire, l’acceptation est active et engagée. Accepter ne signifie pas refuser que notre expérience change dans un futur proche. Cela signifie simplement vivre ce qu’il y a à vivre ici et maintenant. Lorsque nous acceptons–lorsque nous admettons que nous avons peur, que nous sommes anxieux ou dépassés–nous donnons une voix à nos émotions. Créer un espace pour leur permettre de grandir et de s’exprimer, avec courage et honnêteté, est le premier pas pour leur permettre de vivre à travers nous. Là où il y a du mouvement, il y a un espoir de libération. Relâcher notre emprise sur ces émotions est une expérience enrichissante car elle nous permet de moins nous identifier à elles. Nous prenons alors conscience de la stabilité présente sous les fluctuations de notre esprit, nous prenons une distance avec nos pensées, ce qui peut réellement nous aider à nous ancrer durant les périodes stressantes.

Développer des pratiques qui nous font du bien dans les périodes de conflit interne est essentiel pour notre propre bien-être. Lorsque je sens que mes pensées commencent à tourner en spirale et que je sais que prendre soin de moi devient une priorité, je trouve un endroit calme pour respirer. Cet endroit n’a pas besoin d’être spécial. Le stress et l’anxiété n’attendent pas pour se présenter au bon moment. Ton sanctuaire peut se trouver dans les toilettes d’un aéroport, dans ta voiture sur le bord de l’autoroute ou derrière la porte fermée de ta chambre, loin de tes enfants.

La pratique:

1) Sans te presser, installe-toi dans un siège confortable ou allonge-toi sur le dos. Ferme les yeux, arrive dans ton corps, et installe-toi en conscience. Prends note de ce que tu ressens et de ce que tu as à l’esprit. Rappelle-toi de t’autoriser complètement à être exactement là où tu es, de renoncer à un peu de contrôle et de laisser aller le désir que les choses soient différentes.

2) Place ta main droite sur ton ventre, ta main gauche sur ton coeur, et prends conscience du mouvement de ta respiration. Pour commencer, ne fais qu’observer. Observe la vitesse, la profondeur et le rythme de ta respiration. Remarque où ta respiration est la plus notable (peut-être est-ce dans ta poitrine ou au niveau de ton nez). Ensuite, passe lentement à la respiration nasale, et laisse-la s’étendre avec aisance dans tout ton torse. Sens ton souffle soulever tes côtes et ton ventre sous tes mains à l’inspiration et s’adoucir à l’expiration. Sens l’air remplir les côtés et l’arrière de ton corps à l’inspiration. Laisse ton corps s’alourdir et se détendre à l’expiration. Passe quelques minutes à respirer de tout ton corps, en laissant la sensation de balancement te réconforter. 

3) En restant conscient.e des mouvements de ta respiration, prends un instant pour réfléchir à ce qui a besoin d’être exprimé. Cherche la source de ton conflit intérieur et demande-toi si tu résistes à quelque chose et comment cela perturbe ta paix intérieure. Donne de la place à la pleine expression de tes sentiments, de tes pensées et émotions. Remarque comment cela se manifeste dans ton corps et reste présent.e avec tes sensations. Permets-leur de prendre de l’intensité lorsqu’elles apparaissent avec tes inspirations, et regarde-les se dissiper avec chaque expiration. Continue l’exercice de les regarder venir et repartir en les acceptant complètement. Au lieu de “les laisser aller”, entraîne-toi à “les laisser être”.

4) Lorsque ton esprit s’est apaisé, invite le calme et l’espace dans ton esprit. Imagine que tu peux facilement accéder à un réservoir de paix à n’importe quel moment. Un environnement où une sensation de calme vit naturellement et où tu peux retourner dès que tu perds ton centre. Permets à cette sensation de remplir ton corps et perds-toi dans les vagues de la relaxation.

5) Lorsque tu te sens prêt.e, graduellement, reviens à ta respiration–prends de grandes inspirations et de grandes expirations par le nez. Concentre-toi sur ton coeur, offre-toi un moment d’amour et de compassion. Encore une fois, sens tes mains se soulever et redescendre avec le mouvement de ta respiration. Sens-toi soutenu.e et compris.e. Lorsque tu termines ta méditation, ouvre les yeux.

J’espère que cette pratique saura être une source de support mental et t’apporter un espace de repos et de confort. Dis-nous en commentaires si tu as trouvé ceci utile.

Traduit par: Leslie Merle

Laisser un commentaire