Rester à la maison avec des enfants

Nous traversons une période extraordinaire. Ce qu’il se passe dans le monde nous affecte tous et réveille plusieurs de nos émotions. Tout comme les adultes, les enfants sont perturbés par cet épisode particulier. Mais à l’inverse des adultes, la façon dont chaque enfant perçoit, ressent et comprend ce qu’il se passe dépend de ses parents.

Comment te sens-tu en tant que parent?

Il est donc important que tu prennes le temps de sentir comment tu vis cette période en prenant du recul afin de la gérer au mieux en tant que parent. Comment te sens-tu? Fâché.e? Effrayé.e? Confus.e? Inquiet.e? Stressé.e? En paix? Peu importe ce que tu ressens, observe-le et permets-toi de le ressentir pleinement. Peut-être que tu as l’impression de ne pas avoir de place à puisque les enfants sont à la maison toute la journée. Peut-être que tu es frustré.e car ton organisation tombe à l’eau et tes plans sont annulés. Peut-être que tu te sens coincé.e parce que ta zone de mouvement est limitée. Ou peut-être que tu t’inquiètes dans ce climat d’incertitude ou que ton niveau de stress est extrêmement élevé à cause des nouvelles que tu entends toute la journée. Rappelle-toi que toutes ces émotions et réactions sont parfaitement normales et humaines. Comme chez tout adulte, il y a en toi un enfant. Il est fort probable que cet enfant ne se sente pas en sécurité durant une période aussi perturbante.

En premier lieu, écoute cet enfant en toi pour comprendre ce qui l’agite afin de pouvoir le calmer comme un parent le ferait. Qu’est ce qui pourrait à la fois calmer l’enfant et l’adulte en toi? De quoi as-tu besoin en ce moment? Qu’est-ce qui te fait sentir aimé.e? Il peut s’agir de parler de tes émotions avec ton ou ta partenaire, de recevoir des câlins, d’appeler tes amis, d’exprimer ton monde intérieur à travers l’art, de faire de l’humour, de méditer, de danser, d’être dans l’action, de bien dormir, de manger sainement, d’être productif.ve, de ne lire et écouter que les nouvelles provenant de sources fiables. Afin de calmer ton enfant intérieur et de remplir ton réservoir d’amour qui peut facilement se vider ces temps-ci, tu dois d’abord te calmer et répondre à ce besoin d’amour. L’une des manières de faire ceci est de découvrir tes propres ressources. Qui et quoi fait partie de ton cercle de soutien? Quelles difficultés as-tu surmontées dans le passé et comment y es-tu parvenu.e? Lesquelles de tes capacités à résoudre les problèmes as-tu mises en œuvre? Si tu t’imagines dans un endroit relaxant et sécuritaire, où t’imagines-tu?

Expliquer la situation à un enfant

​Il est important de se mettre en contact avec son enfant intérieur pour pouvoir expliquer ce qu’il se passe à un enfant. Lorsque l’on dit quelque chose à un enfant, celui-ci se concentre davantage sur la façon dont on le lui a dit que sur le message même. Les enfants s’attardent au ton de la voix, aux expressions faciales, au langage du corps et interprètent très bien les émotions de leurs parents. Les émotions des parents sont très facilement transmises aux enfants. La façon dont ils entendent et interprètent ce qui leur est dit en est donc inévitablement affecté. La manière dont tu interprètes ce qu’il se passe en ce moment est donc très importante. Est-ce que ton esprit dit “Comme d’habitude, quelque chose de terrible est en train de se passer. Le monde est dangereux” ou est-ce qu’il dit: “La vie est faite de hauts et de bas. Nous traversons une période difficile mais nous la surmonterons”? Ce qu’il se passe dans ton esprit sera transmis à ton enfant. Alors, te concentrer sur ce que tu apprends de cette période difficile peut t’aider à transmettre un message positif à ton enfant. Par exemple, cette période est une opportunité de ralentir et de prendre du recul sur sa vie. Avant d’expliquer la situation à un enfant, il est primordial de se calmer et de regarder ce qu’il se passe en soi. Si tu as de la difficulté à accepter cette situation, c’est peut-être l’occasion pour toi d’observer ta difficulté à tolérer l’incertitude. Pourquoi est-ce si difficile pour toi d’accepter de ne pas avoir le contrôle sur ce qu’il se passe dans ta vie? Essaies-tu de toujours tout contrôler? Pourquoi crois-tu que tu ressentes ce besoin?

Lorsque tu te sens prêt.e, explique la situation à ton enfant avec calme et clarté, et d’une manière qui est adaptée à son âge. Si ton enfant est tout petit, tu lui expliquer à travers une histoire ou un dessin. Tu peux lui expliquer que ce virus s’apparente à un rhume ou une grippe, qu’il peut déclencher de la toux et de la fièvre s’il entre dans le corps, que nous apprenons actuellement à le connaître, que les médecins travaillent à développer un vaccin et que nos corps ont des anticorps qui nous protègent et se battent contre ce virus. Tu peux aussi lui expliquer que pour prendre des précautions tu te laves souvent les mains et tu éternues dans ton coude et qu’il faut rester un moment à la maison. Et bien sûr, tu peux lui dire que tu es en bonne santé et en sécurité. Ce que ton enfant a besoin de savoir aujourd’hui, ce qu’il est en bonne santé ainsi que tous ceux qu’il aime et que tout est fait pour préserver vos santés. 

Donner de l’espace aux émotions 

Après avoir parlé à ton enfant et tout au long de cette période, ouvrir un espace pour les pensées et émotions que ton enfant et l’une des étapes les plus importantes pour bien gérer la situation. Qu’est-ce qui lui vient en tête lorsqu’il voit et entend ce qu’il se passe dans le monde? Est-ce qu’il a des questions? Tu n’auras peut-être pas toutes les réponses, mais tu peux faire des recherches et lui répondre plus tard. Comment se sent-il? Où se font sentir ses émotions dans son corps? Quelle couleur associe-t-il à ses émotions? De quoi a-t-il le plus besoin pour faire face à ses émotions? Qu’est ce qui le rassure? Pour lui permettre de parler de tout ça, tu peux en faire une histoire ou un jeu. Jouer permet aux enfants d’exprimer ce qu’il se passe en eux, de scénariser les éléments qui sont hors de leur contrôle pour leur donner du sens et se sentir en contrôle. L’enfant dirige le jeu lui-même, le parent l’observe sans l’interrompre ou juger ce que l’enfant raconte. Ainsi, l’enfant ressent que ses émotions sont acceptées, accueillies, entendues, vues et comprises. Ceci lui permet de se calmer dans ces circonstances difficiles et de se sentir en sécurité.

Permettre à l’enfant de mieux gérer ses émotions difficiles

Lorsque ton enfant traverse des émotions difficiles, vous pouvez réfléchir ensemble à la manière de les gérer. Le contact physique calme les enfants et déclenche la sécrétion de l’hormone ocytocine qui les fait se sentir en sécurité. Par exemple, lorsqu’il a peur, ton enfant peut venir te faire un câlin. Rire ou pleurer aide à se décharger du stress quotidien. S’activer est aussi fondamental pour pouvoir relaxer ensuite. Lorsque ton enfant est nerveux, des activités comme la course, la lutte, s’asseoir sur une balle de pilates et rebondir ou imiter des animaux peut l’aider. Lorsqu’il est inquiet, vous pouvez méditer ensemble ou faire une compétition de bulles dans un verre d’eau. Des activités comme cuisiner, écouter de la musique, jouer avec de la pâte à modeler ou avec du sable et de l’eau peuvent aussi aider à apaiser ses émotions. Aussi, éviter de l’exposer quotidiennement aux nouvelles permettra de ne pas faire augmenter son niveau d’anxiété.

Parce qu’ils sont petits et dépendent de leurs parents, les enfants ont un espace limité dans lequel ils se sentent actifs et en contrôle. Pourtant, afin de se sentir calmes et en sécurité, ils ont besoin de sentir qu’ils sont en contrôle. C’est pour cette raison qu’il est important de respecter leurs routines quotidiennes autant que possible. En plus de ça, l’enfant peut éventuellement déterminer qu’un espace de la maison lui appartient, s’il s’engage à l’entretenir d’une façon adaptée à son âge, comme en arrosant les plantes par exemple. Il peut aussi se lancer dans la planification d’un rêve qu’il veut accomplir lorsque cette période prendra fin et l’accrocher au mur de sa chambre.

Se protéger

Puisque vous passerez tout votre temps à la maison en famille, il se peut que l’intimité de chacun en soit affectée, ce qui peut créer de la frustration. Pour pallier à cela, il peut être utile de déterminer un lieu qui t’appartienne entièrement pendant une période de la journée. Déterminer une période de jeu puis revenir à cet espace lorsque le jeu est terminé et respecter cette barrière fera baisser ton sentiment de frustration et améliorera le temps que tu passes avec ton enfant.

Il est irréaliste de s’attendre à ce que la vie et nos réactions soient normales dans cette période anormale. Apprendre à tolérer le désordre, l’inconfort et l’incertitude, laisser ses plans tomber à l’eau ou être suspendus, accepter d’avoir du mal à accepter ses émotions, apprendre à dire stop, s’ennuyer et laisser la vie suivre son cours sont des habiletés sur lesquelles tu pourrais travailler pendant cette période.

Auteur: Psychologue Deniz Özsoy

Laisser un commentaire